La montagne d'AUJOUR - 2 randonnées animées par Alain D. et Gérard K.

La montagne d’AUJOUR

A partir de la maison forestière de BON SECOURS

Nous nous retrouvons 12 à la maison forestière de Bon Secours (856m) pour faire l'ascension de la montagne d'Aujour.

Après une courte mise en jambe et la traversée du torrent, le sentier monte par de beaux lacets dans la pinède entre le sommet du Beynon et Roche Courbe.

Arrivés au Pas le chemin se fait caillouteux et la déclivité augmente. Heureusement, la bergerie gîte à 1325m nous permet de souffler et se restaurer.

Pendant 30mn nous suivons le torrent de Maraize pour arriver au lac de Peyssier. Mais sur notre gauche,  un pic rocheux nous invite. Pour l'instant nous ne répondons pas à ses sollicitations et profitons du terrain plat, verdoyant et surtout bien fleuri.

Nous profitons tous de cet agréable moment de répit.

Il est 11h, il nous reste 550m à gravir pour atteindre le sommet !! Chacun à son rythme, nous grimpons pour atteindre la barre rocheuse. Certains ont le temps d'admirer les premières fleurs de montagne, pendant que d'autres cherchent un deuxième souffle !!

Nous arrivons à la faille que nous franchissons précautionneusement.

Encore 30m à gravir pour atteindre la barre sommitale et retrouver nos 5 équipiers partis eux de Villelongue.

Belle ambiance au sommet à 1834m où nous profitons d'un superbe panorama et d'un repas bien mérité et partageons les gourmandises généreusement acheminées. 

Après 1h 15 de repos, il est temps de songer à la descente. Il serait dommage de faire tout le chemin à l'envers et vu la forme retrouvée de tout le groupe, j'opte pour le retour par les crêtes. Tandis que Gérard part par notre itinéraire d'arrivée, nous, nous empruntons le leur. 

Nous avons quelques problèmes pour trouver la brèche (balisage ancien et effacé), mais après quelques hésitations et un petit retour "la voici". La désescalade est un peu compliquée mais tous et toutes y parviennent. Après l'appréhension tout le monde retrouve le sourire et sa bonne humeur pour cheminer sous la barre. 

Le col de l'Armande, puis celui d'Aujour, un peu de piste où nous croisons les copains, nous entamons la descente vers le lac de Peyssier. Beau sentier qui devient très agréable sous la hêtraie avant de retrouver la prairie et toutes ses fleurs.

A partir du lac nous retrouvons notre tracé de l'aller. Nous faisons une bonne pause aux Oustaous où nous apprenons que le gîte vient de ré-ouvrir. 

La descente est assez délicate jusqu'au Pas et réclame forte attention. Là aussi, chacun la prend à son rythme (les journées sont longues). Après le Pas dans la pinède tout devient relax. Il est quand même 18h15 à l'arrivée aux voitures.

BRAVO à tous et surtout à toutes pour 1160m de dénivelé et les presque 15km parcourus.

Mille excuses pour les 200m supplémentaires, mais c'était mieux à mon sens qu'un aller retour.

Pardon pour les séquelles du lendemain et du surpassement occasionné !!!

Avec un rythme adapté, on arrive à se transcender et atteindre des sommets inespérés !!!

Alain D.

Blog de sisteron-rando : Sisteron- Rando, La montagne d'AUJOUR - 2 randonnées animées par Alain D. et Gérard K.

 

lundi 01 juin 2015 10:29 , dans avril - mai - juin 2015


Le 26 mai Boucle d'Aubard à Eourres Animatrice Yvette G.

Un 8 entre Aubard et Eourres:

 Une main ne suffit pas pour compter les randos possibles au départ d'Aubard , laquelle composer pour ajouter encore un peu plus de charme à l'endroit ?

Beau temps, avec un peu de vent du Nord par moments .

8h 40 mn, nous prenons la direction inverse au panneau "Aix-en-Provence, Nice" et entamons la première demi boucle du 8 en passant devant le centre international de "L'art du Chi" qui est venu s'installer dans ce lieu prédestiné. Mais ne serions-nous pas aussi quelque part dans l'île de Pâques au vu du Totem que nous rencontrons ? Le sentier s'élève au milieu de buis et de chênes, belle vue sur la vallée du Jabron et le village de Lange en particulier; nous atteignons sans problème le col de Verdun.

  Nous entamons la 2eme boucle du 8 et la grimpette du Pied du Mulet, courte mais efficace. Pause banane pour récupérer et observer la vallée et la chaîne de Lure. Pendant la montée, nous étions protégés du vent , mais pour atteindre le sommet du Pied du Mulet (1535 m), tout le monde va sortir la petite laine ou le coupe vent, voire les gants.  Ce sera le point culminant de la rando.

Nous sommes bien montés, ... c'est maintenant la descente vers le village d'Eourres, elle commence par une petite combe; nous laissons le vent, les parterres de petites fleurs et entrons dans la forêt. Ensuite nous contournons par l'ouest "La Tatie" et là le sentier caillouteux devient un peu pénible. Ce qui désole le groupe, c'est que si ça descend bien, il faudra remonter ... ce sera par où ? Eourres apparaît maintenant devant nous, et un endroit sympathique nous attend pour le pique-nique. Tout le monde apprécie ce moment de récupération et de convivialité.

Une visite du village s'impose avant la remontée. Beaucoup de maisons bien restaurées et fleuries, belle église (ouverte); un village qui s'organise pour palier à son isolement: panneau d'affichage pour co-voiturage , "bon coin" local, coffre à dons, ...

Courage, il faut retrouver le col de Verdun; bien qu'un peu raide dans la première partie, le sentier est agréable et parfois ombragé. Tout est question de rythme, et la 2eme boucle du 8 est bouclée.

 Il ne reste plus maintenant qu'à terminer la première boucle de notre 8: encore un peu de montée, douce, et nous voilà en contrebas de la montagne de Mare ; le GPS annonce un peu plus de 1200 m d'ascension totale, ce qui ravit tout le monde et donne des ailes pour la descente finale . Où sont les voitures? cachées par les arbres, mais l'endroit est identifié, ouf! Par des sentiers et pistes plus ou moins marqués nous rejoignons dans sa partie basse le GR qui monte au col Saint Pierre, et il nous ramène tranquillement aux voitures; il est 17h 15. Nous avons parcouru 17,8 km et gravi 1250 m.

 

Belle journée, bien remplie, et finalement tout le monde est ravi, ... oubliées les montées !

Yvette

dimanche 31 mai 2015 19:12 , dans avril - mai - juin 2015


Le 21 mai La crête des Barses Animateur Daniel A.

 

Voilà une rando peu ordinaire.

D'abord par le nombre de participants : nous n'étions que 3 !

Et peut-être une première : aucune femme !

 L'ambiance était pourtant bucolique et printanière, même avec un petit air frais. Peu après avoir quitté le petit village de Gigors bien tranquille, nous voilà au milieu de parterres de sabos de vénus ; que c'est beau ! Une magnifique forêt de hêtres accompagnera notre montée qui sera bien vite agrémentée de tapis de muguet.

Et voilà la crête et ses asphodèles. Nous ferons un petit aller-retour à la Tête de la Plane et nous choisirons l'option crête plutôt que de traverser par la source du Jas. Cette crête est assez longue jusqu'au sommet des Plauts avec de rudes montées, des descentes, des passages aériens ou escarpés (certains équipés de corde) ; à n'entreprendre que par temps sec !

 Une petite pelouse nous tend ses bras pour le pic-nic et malgré notre petit groupe, les élixirs sont bien présents !

La vue est très large sur le Serrois, le Dévoluy, le Champsaur, le Gapençais, l'Ubaye, la crête de la Blanche, le massif de l'Estrop et le pays dignois mais les sommets ont pour la plupart la tête dans les nuages ; à quoi pensent-ils ?

 Nous descendons sur la croupe qui nous conduit à la crête des Rouyères puis nous gagnons le col du même nom par une traversée dans les bois. La descente se poursuit à travers des roubines et nous pouvons observer un chamois solitaire. La vue est impressionnante sur la face sud-est de la crête des Barses où nous étions ce matin.

Encore un peu de chemins, de pistes et de portions de route avant de regagner Gigors en passant au pied du village de Turriers.

6h, une quinzaine de km et 900m de dénivelée

Daniel

 

 

jeudi 28 mai 2015 19:56 , dans avril - mai - juin 2015


LE POIL à partir de Preynes le 12 mai - Animée par Alain D.

C'est à 16 que nous nous retrouvons sur la route de Majastres où quelques lacunes sont aménagées pour permettre les croisements. Nous voyageons donc en convoi.

Mais à l'entrée de la gorge du pas de l'escale nous attend un gros HIC : la route est barrée pour la matinée!! Ceci nous obligera à effectuer 2 km supplémentaires. Mais consolation, la traversée des gorges mérite le coup d'oeil.

Enfin nous voilà au gros jas, lieu de départ de la rando. D'abord sur la piste qui nous mène à l'étang aux serpents. Pas de serpents en vue, seules 2 écrevisses et des tétards, on peut donc faire le tour de l'étang et profiter de sa fraîcheur.

Juste en face, le chemin du Poil côté Sud Ouest : d'abord pentu et pierreux puis plus large où on peut encore admirer les murs de soutènement dressés par nos anciens.

Il est 11h45 et nous pénétrons dans le village par l'échancrure de la falaise (porte de Preynes). A droite le cimetière parfumé des lilas en fleurs, à gauche l'ancienne église qui est en restauration, mais dont le décor est plein d'anachronismes. Visite du gîte d'étape non gardé et arrivée sur la place publique où coule la fontaine et son lavoir.

Avant de déjeuner, nombre de pieds trempent déjà dans le lavoir. Tout le petit monde trouve sa place, qui au soleil autour du lavoir, qui à l'ombre sur un muret contre un bâtiment, qui autour d'une table.

En premier pastis avec l'eau de la fontaine ou vin d'orange, puis rosé bien rafraîchi et enfin Gewurstraminer pour le dessert et tisane!! Il commence à faire bien chaud, notre président inaugure la fontaine par un bain dont lui seul a le secret.

Bien repus et reposés il est temps de faire le tour des ruines du village puis d'aller sur un promontoire jeter un dernier coup d'oeil et se rendre compte de la position stratégique du village.

Nous quittons Le Poil en passant devant 2 maisons restaurées dont une est l'ancienne école. Mais un panneau attire notre attention posé par l'association des amis du Poil. C'est la désillusion dans le groupe : L'homme semence qui avait sévit en 1852 et 1853 ne serait que pure invention de notre chère Violette. Aucun homme ne serait parti du Poil en Décembre 1851 rejoindre le mouvement républicain. Une si belle et délicieuse histoire ne serait que pure légende, pourtant elle en a suscité des fantasmes !!

Nous quittons le village par la piste carrossable, traversons le torrent et ses marmites sur une belle passerelle et remontons à l'ombre des hêtres vers la ferme du saule mort (nouveau gîte du Poil), ferme où naquit en 1835 Violette Ailhaud, auteure de "l'homme semence".

Un peu de goudron bien réchauffé par le soleil, une piste, un sentier et nous voici au refuge des Blâches (géré par l'ONF) où un couple et leur mule  passent la semaine. Merveilleux moment de détente, bien ombragé que tout le monde apprécie. Puis retour par la piste forestière jusqu'au gros jas. Là nous attend un berger un peu rustre qui nous barre le chemin avec ses filets à moutons, tonitruant à tous que l'accés est privé !!

Nous parvenons à passer et par la gorge, le goudron et les rochers bien chauds, nous rejoignons nos voitures. Mèzel est bien venu pour siroter des rafraîchissements tant désirés.

Blog de sisteron-rando : Sisteron- Rando, LE POIL à partir de Preynes le 12 mai - Animée par Alain D.

samedi 23 mai 2015 16:15 , dans avril - mai - juin 2015


Le sommet de Fléossier et la crête de Chanteduc le 19 mai animée par René F.

Randonnée du  mardi 19 mai 2015

le sommet de Fléossier et la crête de Chanteduc au départ des Damias

Animateur : René F

Le 18 au soir les prévisions météo pour le lendemain invitent à la réflexion : soleil et nuages le matin, très nuageux l’après-midi. Pas de pluie prévue.

Fort de cette dernière assurance nous sommes 9 à nous retrouver au parking habituel. Deux voitures. Nous passons par RIBIERS et la vallée tortueuse dela Méouge.

Nous partons vers 9h00. Passons devant le Gîte des Damias. Nous cherchons un peu le sentier qui n’est pas très bien entretenu, tant au point de vue balisage que signalétique. Cette dernière est assez obsolète (entre 30 et 40 ans d’âge) et bientôt illisible.
La zone des Damias, propice au calme, voit naître des petites cabanes de vacances (pas dans les arbres … mais sur pilotis !)

Parmi des chantiers en cours nous trouvons le sentier qui nous conduit vers le Col St Pierre. Nous le perdons deux  fois, mais nous le retrouvons bien vite !

Si nous montons cette première partie au soleil, nous sommes suivis de près par une imposante masse nuageuse. Pas de pluie en prévision !!

Petite pause avant de repartir vers le Col de Branche qui permet de faire la jonction avec BARRET/Méouge. Le soleil disparait. Tout le monde se couvre malgré la montée.

Vers 11h00 les premières gouttes nous tombent dessus. Tout le monde se protège et bâche son sac à dos. Nous sommes environ à mi- parcours et poursuivons vers le sommet de Fléossier que l’on devine dans le brouillard. C’était là la halte du déjeuner…. Nous ne nous arrêtons pas et continuons dans la foulée sur la crête de Chanteduc, face à la pluie, non violente mais froide. Les capes et les capuches sont les bienvenues.

Après quelques kilomètres de crête où de temps en temps nous dominons les nuages se pose la question  de décider du lieu du casse-croûte. Finalement nous optons  pour une halte en sous-bois, sans aucune vue, mais nous sommes un peu protégés. Après un petit vin d’orange en apéritif, nous ne trainons pas pour  prendre notre repas les uns abrités sous leur cape, les autres debout. Nous ne sommes qu’à 30 minutes des voitures que nous rejoignons sans encombre mais avec quelques précautions pour ne pas glisser (ce qui est arrivé !)

Un comble : le soleil est arrivé aux voitures en même temps que nous, ce qui nous a permis de goûter le bon gâteau de Dolorès

Blog de sisteron-rando : Sisteron- Rando, Le sommet de Fléossier et la crête de Chanteduc le 19 mai animée par René F.

vendredi 22 mai 2015 07:22 , dans avril - mai - juin 2015


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à sisteron-rando

Vous devez être connecté pour ajouter sisteron-rando à vos amis

 
Créer un blog