Le 9 septembre La foire aux dindes de Lagrand Animateur Gérard K.

Chaque année, le 9 septembre (quel que soit le jour de la semaine), a lieu au village de Lagrand (05), la traditionnelle foire aux dindes. Cette foire est l'une des plus anciennes de France puisqu'elle se perpétue d'année en année depuis le XIII eme siècle.

La tradition veut qu'on y achète les volailles qui seront servies pour les festivités de Noël. On y fait provision pour l'hiver de miel, vin olives, essence de lavande et outils.

N'ironisons pas sur les participantes et participants de la sortie.

Où est le coq ?

Où sont les poules ?

SVP ne parlons pas de dindes

Ni de dindon de la foire

Revenons à la réalité: un mâle et cinq femelles. Non pardon : un hommes et cinq femmes.

Départ de Sisteron à 9 h.

Nous commençons par la visite de la foire. De nombreux stands sont installés sur le plateau de Lagrand. Un très beau site et une vue étendue sur tous les sommets des environs. Nombreux sont ceux qui vendent les produits locaux: charcuteries, fromages, fruits, légumes, pains. Artisans avec paniers en osier, bijoux etc... Enfin, ceux, de moins en moins nombreux, qui vendent la volaille. Quelques beaux spécimens de dindons, oies blanches, canards, poules, pintades... toute une basse cour.

A 11 h, nous partons pour une courte randonnée que Gérard nous a préparée pour nous mettre en appétit.

Traversée du plateau, montée vers le rocher de Garde. Un joli sentier en forêt. Retour par la Garelle et remontée sur le plateau pour arriver à l'auberge à 12h 30 où un très bon aïoli nous attendait dans une salle spacieuse et très agréable. Plus de 200 personnes savouraient le même plat sur la terrasse ou sous le chapiteau de la foire.

Une très bonne matinée agrémentée par un temps beau et chaud.

M.K.

jeudi 11 septembre 2014 18:48 , dans juillet - août - septembre 2014


Randonnée du 31 Août animée par Alain D.

LES BORELS (1270m), LAC ET MONTAGNE DE CEDERA (2886m)

 Laissez-moi  vous conter une petite histoire:

 Il était une fois 5 petites poules de bonne race, levées dés le premier cocorico, qui voulaient   découvrir la haute montagne, elles qui nichent dans la plaine au fond de la vallée de Sisteron.

 Elles marchaient fièrement précédées d'un vieux coq qui dans son for intérieur doutait bien un  peu : saura t'il retrouver le chemin? en aura t'il encore la force et le courage?

Mais OUI toutes découvrirent le lac et le sommet et picorèrent avec délice ces merveilleux paysages.

Satisfaites de leur aventure, elles avaient préparé une surprise bien agréable pour leur bel emplumé: une boisson à bulles qu'elles avaient religieusement cachée sous le jabot .C'était un vrai coq en pâte.

Très satisfait de l'ardeur et du courage de sa couvée, ce dernier ramena tout son monde au bercail : le bistrot des Borels.

MERCI à Geneviève, Monique, Nicole, Solveig et Yvette pour cette belle et magnifique journée.

Partis à 6h30 ce n'est qu'à 20h que nous retrouvions Sisteron. Il faut dire que nous avions gravi et descendu 1780m et marché 25km. Certains s'en souviennent encore et pourtant c'était il y a  6 ans déjà!

 Et comme elles me l'ont demandé toute la journée je pose la question "Où sont passés les HOMMES" ????

 Sisteron-Rando peut être fier d'avoir dans ses rangs de belles et courageuses randonneuses!!

BRAVO à elles ! et dire que d'autres dans l'association en ont le potentiel c'est SÛR!!!

ALAIN

 


Blog de sisteron-rando : Sisteron- Rando, Randonnée du 31 Août animée par Alain D.

vendredi 12 septembre 2014 23:05 , dans juillet - août - septembre 2014


Randonnée du 28 Aôut 2014 animée par René F.

Randonnée du 28 Août 2014

Le sommet de Rancurel au départ de St Martin

Echaudé par le trafic en cette période estivale auquel s’ajoute la distance dans des conditions pas toujours faciles, notre animateur du jour a changé de destination. Nous n’allons plus aux ORRES mais à un quart d’heure de SISTERON. A Saint-Martin.

17 personnes ont relevé le défi de randonner en basse montagne par des températures proches des 30°C. Le temps est effectivement annoncé très beau.

Sur le lieu de départ le ton est donné ! René nous tend bien haut, un sécateur ! Objet précieux pour la suite !!

Nous partons en suivant les balises du GR6 que nous abandonnons au bout de deux kilomètres pour emprunter un ancien chemin d’exploitation qui s’élève régulièrement. Il laisse la place à un sentier en arrivant à la Forêt du Jabron. Dans cette forêt il devient une sente puis une trace. Quelques passages scabreux pour une vaillante minorité et nous trouvons un carrefour de vieux chemins où les ronces et la végétation commencent à gagner du terrain. Encore du tout-terrain pour aboutir au collet qui sépare l’Ubac de Brison et le vallon de la « Cascade de St Martin ». Premières griffures pour les mollets trop hardis !!

Nous décidons de montrer la cascade à ceux et celles qui ne connaissent pas. Le site vers St Martin est intéressant mais l’eau est absente du décor. Ce sera pour le prochain printemps !!

Nous repartons vers le collet abandonné un peu plus tôt pour obliquer à travers l’alpage vers Les Plaines au bout desquelles se tient le sommet de Rancurel. Une bonne grimpette d’une cinquantaine de mètres de dénivelée nous rappelle que nous sommes en montagne. Secondes griffures pour les mollets !! Nous approchons de midi et le soleil nous fait rechercher l’ombre qui se fait rare. Nous trouvons enfin une zone propice au casse-croûte sans trop de mouches et taons et à une encablure du sommet.

Ce fut un bon moment de convivialité et de récupération – apéritif – petits gâteaux et digestif …. comme d’habitude !! La minute culturelle sur le prix du cerveau plait beaucoup : aux hommes … car le leur vaut le plus cher ; mais aussi aux femmes …..qui ont l’habitude de s’en servir !!

Presque tout le monde se rend au sommet pour le panorama sur la vallée du Buëch, le Pas de la Lierette et la vallée du Jabron. Nous repartons par l’option nord qui nous permet, à ces heures les plus chaudes, de progresser en forêt. Encore un peu de tout terrain en descente pour aller retrouver une sente. Mais quelle sente ressemble le plus à une autre sente ! Il n’en manque pas. Elles se faufilent, elles se perdent…Nous suivons notre animateur en donnant parfois quelques orientations et nous nous retrouvons encore au-dessus du Col de la Lierette, juste sous le sommet de Rancurel !

Notre ami Alain, joue les sangliers pour trouver la bonne trace, celle qui permet de franchir la petite barre qui nous sépare de ce Pas qui nous nargue. Banco, le passage est là. La descente peut être entreprise – toujours en tout-terrain en jonglant avec les genêts et les ronciers. Troisième séance de griffures pour nos bras et nos gambettes !!

Nous prenons une photo souvenir au Pas de la Lierette avant de descendre par un sentier très encombré vers la Bergerie des Egaux – encore quelques marques de plus !!

Normalement il était prévu de passer par Vieux-Noyers et la Chapelle ST Claude. A la quasi unanimité, le tracé est écourté et nous rentrons directement vers Saint-Martin. Il fait chaud et une petite mousse nous appelle !!

Nous retrouvons nos voitures vers 15h30. A 16h00 le pot de l’amitié au « Bar Central » à NOYERS est le bienvenu avant de regagner nos pénates !!

Bilan GPS : 5 heures de marche – 865 m de dénivelée et 12,5km

 

Blog de sisteron-rando : Sisteron- Rando, Randonnée du 28 Aôut 2014 animée par René F.

samedi 06 septembre 2014 23:06 , dans juillet - août - septembre 2014


Le Pic de Bure Jeudi 14 Août animatrice: Monique L.

Nous sommes 8 à nous retrouver au parking de la gare, il ne fait pas chaud, comme d’habitude …

Nous arrivons à la maison forestière des Sauvas (au-dessus de Montmaur 05), point de départ de notre rando.

Allègrement, nous commençons notre périple par le GR94b. Belle forêt de mélèzes, de hêtres et par ci par là quelques fraises bien tentantes.

Peu à peu la montée se fait plus sévère. Nous arrivons à proximité de la fontaine du Vallon (1806 m). Nous admironsla Combe de Mai que nous prendrons au retour.

 Mais nous n’en sommes pas encore là. !

Nous progressons dans la combe d’Aurouze, dans un univers de caillasse.

Le  vent se fait de plus en plus sentir, il fait froid. Par une série de ‘Marches’ nous atteignons le plateau de Bure (2500 m)

Le vent redouble, nous ‘bâchons’ et en route vers le point culminant2709 m

Encore200 mde montée et l’arrivée est grandiose. Dommage que la brume soit présente pour contempler tout le panorama mais la vue sur le massif des Ecrins est superbe.

Nous redescendons pour le pique nique à l’abri du vent. Pas de sieste !!!

Descente vers les ‘grandes oreilles’, il n’est pas tard; une option est proposée par Alain. Nous nous dirigeons vers la croix située au sommet de la crête des Bergers.

C’est un émerveillement unanime, spectacle somptueux vers les falaises déchiquetées et ajourées  (tête de Pied gros) au-dessus du village de La Cluse.

Nous redescendons tranquillement vers les installations de l’observatoire et ses 5 coupoles.

Nous amorçons notre descente par la fameuse ‘Combe de Mai’. On a vraiment l’impression d’un grand saut dans le vide ! Le sentier est pourtant là, mais de plus en plus glissant.

Genoux fragiles s’abstenir !900 mdescente quasi à la verticale. Un soulagement d’arriver à la fontaine du Vallon, retour à la nature verdoyante, fleurie …

Nous avons gravi1550 met parcouru 19 km.

Randonnée avec ambiance minérale, désertique, lunaire …. et polaire. Tout cela avec le sourire chaleureux des participants ;

Monique l’animatrice du jour.

lundi 25 août 2014 08:46 , dans juillet - août - septembre 2014


Les 20 et 21 août Le pic Turbat Animateur Gérard K.

Le pic Turbat (altitude 3028 m) est un sommet du Valgaudemar dont l'ascension ne présente pas de difficulté majeure si ce n'est l'énorme dénivelé à accomplir pour parvenir au sommet. Ce qui nous incitera à effectuer une étape intermédiaire en passant une nuit au refuge des Souffles (alt. 1975 m) .

Nous sommes 4 à tenter l'aventure. Départ de Sisteron à 8 h. Arrivée au village de Villar Loubière (alt. 960 m) à 9 h 30. Le ciel est sans nuage. La montée matinale vers le refuge se déroule sur un sentier en pente douce, un peu monotone. La température clémente favorise la marche (ce qui n'aurait pas été le cas l'après midi sur ce versant dénudé et exposé plein sud).

Pique nique tiré du sac sur la terrasse panoramique du refuge, suivi d'une sieste réparatrice au soleil, sur des transats face aux sommets majestueux.

L'après midi, départ pour le col de Vaurze, histoire de se dégourdir un peu les jambes avant la soirée au refuge. Le sentier qui monte dans le vallon est bordé par un champ impressionnant de plants de myrtilles ! Mais bientôt le ciel se couvre rapidement. A mi parcours, nous rebroussons chemin et c'est complètement trempés par la pluie que nous arrivons au refuge, heureux de pouvoir apprécier une bonne douche chaude, un thé à la menthe et une délicieuse tarte au myrtilles. Soirée agréable en compagnie de quelques autres randonneurs (14 personnes présentes).

Le départ du refuge à 7h 45 le lendemain matin, n'incite pas à la marche : un épais brouillard a envahi les lieux et ôte toute visibilité. Nous marchons un bon moment dans la brume sur le sentier bien balisé, avant de parvenir au dessus  des nuages au col des clochettes. Un spectacle fantastique s'offre alors à nous : une mer de nuages s'étend jusqu'à l'horizon en laissant percer au dessus d' elle les majestueuses faces des sommets enneigés. Nous restons un moment à contempler ce prodige. Puis nous poursuivons notre marche jusqu'au lac Lautier et le col des Colombes. A partir de là, plus de sentier. Le vallon devient très minéral et nous ne serons guidés jusqu'au sommet que par des cairns et des traits de peinture rouge ici ou là sur les rochers. Un petit passage délicat où il faut passer un ressaut rocheux en s'aidant avec les mains, une montée rendue de plus en plus lente par l'altitude, une petite traversée aérienne en crête sommitale et enfin le sommet : altitude 3028 m et une vue fantastique au dessus de la mer de nuages dans une ambiance vraiment haute montagne. Devant nous, la face nord ouest enneigée du mythique Olan (alt. 3564 m), le Sirac, le vieux Chaillol, les sommets du Dévoluy et au loin, la montagne de Lure. Derrière nous, le vallon de Fond Turbat, l'aiguille d' Olan et dans le lointain, le mont Aiguille et le Grand Veymont. Que de belles photos ! Pique nique agréable à 3000 m d'altitude sur la plus belle terrasse panoramique naturelle du moment avec une température quasi printanière.

Et puis, c'est le retour vers la vallée. D'abord en cherchant les marques rouges parmi les pierres dans ce versant lunaire de haute montagne. Puis sur un bon sentier qui nous ramène au lac Lautier, plonge ensuite dans un vallon par une série interminable de lacets, rejoint plus bas le sentier de montée et nous conduit enfin à la voiture après 2000 m de dénivelé négatif et 4 h de descente !

Ouf ! Une belle marche !

Ce soir là, nous rentrons à la maison avec des images fantastiques plein la tête et de belles photos. De quoi nous aider à garder même aux jours les plus sombres, un coin de ciel bleu, de joie, d'espérance et de lumière.

G.K.

Photos de Solveig et de Gérard K.

samedi 23 août 2014 19:58 , dans juillet - août - septembre 2014


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à sisteron-rando

Vous devez être connecté pour ajouter sisteron-rando à vos amis

 
Créer un blog